google9d995bac70aebb51.html google-site-verification=3vKei-lL7xHNmbtJscksfihjCIQyRZCjIzJxxM2Cj58 Mon itinéraire de 10 jours pour un road-trip en Sicile

Mon itinéraire de 10 jours pour un road-trip en Sicile

July 1, 2018

J'ai profité de 10 jours de vacances pour partir en Sicile du 7 au 15 Juin. Une semaine de détente qui me tenait à coeur car elle évoquait pour moi la possibilité de me ressourcer pleinement avant de commencer mon nouvel emploi. J'avais donc des envies de douceur, de détente, de soleil, de Dolce Vita... Et l'envie de partir seule. Avec simplement un sac à dos et une petite voiture pour avoir toute la liberté quant à mon planning et mes déplacements. 

Mon choix s'est donc assez facilement porté sur la Sicile qui me semblait accessible tant par sa proximité, que son coût de vie et le billet d'avion avait un prix vraiment attractif (150€ taxes comprises). En plus, le mois de Juin est la période idéale pour partir explorer cette île au charisme sans équivoque car la vague des touristes de la période estivale n'est pas arrivée, les villes sont donc rythmées par le quotidien des locaux. De plus, on apprécie la chaleur sans qu'elle soit étouffante, et on roule sans avoir des heures de bouchon à l'orée des centres-villes.

 

Me voilà donc partie pour une semaine de road-trip en Sicile pour profiter du soleil, de la bonne gastronomie italienne, et de la beauté des paysages !

 

 

Noto - Sicile

 

 

Je vous livre ici un aperçu global de mon itinéraire avec les hébergements et lieux ou monuments visités, qui s'étale sur plus de 1100 kms (sur l'image ci-dessous il manque la petite partie jusqu'à San Vito Lo Capo, à l'Ouest de Palerme). Je m'occuperais par la suite de compléter l'itinéraire par des articles dédiés à chaque destination afin de vous apporter un récit plus personnalisé et vous raconter mes ressentis. 

 

 

7 juin :

Arrivée à l'aéroport de Catane pour récupérer la voiture et la déposer à l'auberge du City-In Hostel B&B pour aller à pied visiter le centre-ville. L'auberge est tout à fait correcte et très bien située car à seulement 10 minutes de l'aéroport et à 2 rues du centre. Rapport qualité-prix idéal (15 euros la nuit).

 

Où manger: au restaurant Nievski (15 Via Alessi) situé sur un escalier de rue. On y boit des bières locales, on y mange du bio et du végétarien pour pas cher, et la décoration est tout à fait originale.

 

8 juin :

Départ tôt le matin pour prendre la route vers Syracuse (compter 1h de route approx.). L'auberge, LoL Hostel, (23€ la nuit en chambre mixte 8 lits) que j'avais choisie est pour moi idéale car située à égale distance entre l'île d'Ortygie, coeur historique de Syracuse accessible uniquement à pied, et le parc archéologique de Neapolis où l'on retrouve les vestiges d'un amphithéâtre romain, un théâtre grecque et un jardin avec une grotte calcaire immense. Si vous avez 25 ans ou moins, l'entrée vous sera de 5€ autrement c'est 10€. 

 

Où manger: au café Mimù ( 79 Via Castello Maniace, sur l'île d'Ortygie). Café restaurant que l'on ne remarque qu'en passant devant, ils ont une carte healthy/végétalienne gourmande, et leurs boissons sont folles comme leur café au lait d'amande. Et ils font des cannoli, pâtisserie sicilienne croquant en forme de tube fourré à la ricotta et parsemée d'éclats de pistache... Un délice ! Je crois même que ce fut le premier et finalement le meilleur que j'ai pu goûter en Sicile !

Trapani- Sicile

Trapani- Sicile

 

9 juin :

Départ assez tôt de nouveau pour profiter de la journée et visiter les villes (ou grands villages plutôt) de Noto et Ragusa avant d'atteindre Agrigente pour passer la nuit à l'auberge du Dimora Hostel. Comptez environ 3h30 de route de Syracuse à Agrigente.

Les pauses à Noto pour un petit café et à Ragusa pour le déjeuner sont donc fortement appréciables. Je vous recommande vivement de vous arrêter à Noto. Ce village où la couleur jaune pastel prime sur l'ensemble des façades est à ravir. C'est assez impressionnant de voir surgir à chaque rue un monument immense alors que le village est relativement petit. C'est un concentré de beauté en quelque sorte. 

 

Ragusa est plus grande, elle se distingue en 2 parties: la partie haute qui est la partie plus résidentielle, et moins charmante, si ce n'est la place de la Cathédrale Saint-Jean-Baptiste ; la partie en contre-bas dite "Ibla" qui est d'un charme incroyable. Ses petites ruelles qui s'affinent, pour ne devenir que des passages et puis soudain on se retrouve sur une grande place face au Duomo. Les maisons y sont colorées, les pavés scintillent à la chaleur du soleil alors on se promène dans le jardin au bout de l'Ibla à l'ombre des lilas en fleur, des palmiers et cactus gigantesques. 

 

Par contre, je fus quelque peu déçue de Agrigento, ville perchée en haut d'une colline, qui parait comme délaissée du fait qu'elle ne soit pas accostée à la mer. J'ai peut-être une impression moins positive du fait de ma première vision de la ville qui fut des rues délabrées, sales, avec des chats errants et des SDF alcoolisés qui essayaient de m'aider à trouver mon chemin sans que je leur demande. Je pense que ça à fortement influencé mon ressenti global par la suite. A savoir, qu'il n'y a qu'une seule rue principale, la Via Atenea, avec des restaurants pour attirer les touristes, des boutiques de souvenirs et des franchises de vêtements, le reste de la ville me parait plus obscure, plus sale, et moi qui pourtant adore explorer les rues étroites et sortir des grandes avenues à touristes, je ne sentais pas l'envie d'aller au-delà car c'était très vide, comme déserté. Il y a tout de même, la partie du centre historique de la ville, à l'ouest de la ville de la Via Bac Bac en remontant jusqu'au Duomo. Une partie plutôt charmante avec ses petites rues sinueuses mais tout de même une saleté qui pour la première fois du voyage m'a gênée. 

 

Où manger:

à Ragusa Ibla, au fond d'une rue sans issue, se trouve A' Rusticana (4 Vico Domenico Morelli), un restaurant avec une terrasse ombragée à l'écart des rues plus touristiques. La carte est authentique avec des pâtes en entrée (prima pasti) qui constitue largement un repas à lui tout seul ! Les spaghettis sont al dente (soit VRAIMENT al dente, et donc tout juste fondante) avec une sauce aux tomates séchées, l'un des plats phare du restaurant (sur recommandation du serveur) et je comprends pourquoi car elles sont délicieuses.

 

- Pour une glace, Le Cuspidi à Agrigento, situé le long de la Viale della Vittoria, il paraît que c'est la meilleure glace de toute la Sicile ! Je pense qu'en effet ce fut la meilleure que j'ai mangé mais j'en ai pas mangé suffisamment pour pouvoir réellement comparé alors... A vous de tester ! Les glaces sont savoureuses, fabriquées avec des ingrédients naturels et ici ils les mangent dans une brioche... Je n'ai pas osé la glace dans la brioche car les portions sont déjà suffisamment copieuses mais à ce qu'il parait c'est bon. J'avais pris Figue/cannelle : vous pouvez y aller les yeux fermés.

Vallée des temples - Ragusa, Sicile

Scala dei Turchi - Sicile

 

10 juin :

Départ après un expresso (italien) et un jus d'orange pressées pour faire la visite de la Vallée des temples, accessible en voiture à seulement 10 minutes du centre d'Agrigento (il y a également des bus qui déservent le site). La promenade s'effectue sur 7 kms au coeur de la garrigue, comptez donc 3h si vous voulez en profiter sans vous presser. On y découvre les vestiges de temples de l'époque greco-romaine, certains en bon état, d'autres moins. C'est un véritable site archéologique qui témoigne de la richesse historique de la Sicile.

 

Puis j'ai repris la voiture direction la Scala dei Turchi, une splendeur de la nature car c'est une roche blanche qui donne l'impression de se déverser dans la mer. Le pureté du blanc à côté du bleu turquoise de l'eau sur un fond de ciel ensoleillé donne un tableau magique et d'une beauté incroyable. On peut monter sur la roche par la plage en contre bas en accès libre. Il y a une légère barrière qui est censée interdire le passage mais comme tout en Sicile "c'est censé, donc on fait quand même". L'érosion de la roche a formé des sièges naturelles dans la roche permettant de se poser et d'admirer sans modération les couleurs du paysage qui s'offre à nous.

 

Puis route jusqu'à Granitola pour atteindre le Agri Glamping Wind resort, en passant par les champs d'olivier (1h45 de route).

Le Agri Glamping est un lieu parfait pour les amoureux du calme, de la mer, et du kite surf et j'en ai eu pour seulement 10€ la nuit! Les hébergements sont des petits bungalow ou des cabanes sur pilotis en face de la plage et le propriétaire du lieu donnent des cours de surf, planche à voile et kite surf. Avis aux amateurs donc ! Sabrina, l'hôte est d'une gentillesse exceptionnelle et bien qu'elle ne parle qu'italien nous arrivons à nous comprendre. La nuit est merveilleuse, j'adore entendre le bruit des vagues au loin et le vent dans les champs qui m'entourent. Un vrai regain d'énergie !

 

11 juin :

Je me réveille pour faire ma session matinale de yoga/méditation sur la plage et en profite ensuite pour me baigner dans cette eau claire et d'un bleu cristallin. Puis après un délicieux petit-déjeuner (gâteaux faits maison) je prends la route vers midi direction Trapani (1h15 de route en longeant la côte : magnifiques paysages).

Je dépose la voiture sur un parking proche de mon hébergement du soir, la Casa Nina et je prends le bus 23 jusqu'à l'arrêt pour prendre le funiculaire qui m'emmène jusqu'à Erice. Petit village de style médiéval, tout à fait charmant avec (encore et toujours) ses petites ruelles, ses remparts et son magnifique château perché à flanc de falaise. Je suis de nouveau époustouflée par la vue qui s'étend à 360 degrés et à perte de vue. Je goûte aux petites pâtisseries aux amandes et reste là un moment avant de devoir redescendre par le funiculaire pour le coucher de soleil (l'aller-retour en funiculaire coûte 11 euros mais ça vaut le coup).

 

Je fais la connaissance de Nina et de ses magnifiques appartements qu'elle loue. Le mien a la porte fenêtre qui s'ouvre directement sur le mer, je ne pouvais espérer mieux.

Erice - Sicile

Vue de Erice- Sicile

 

 

12 juin :

Je resterais une nuit supplémentaire à la Casa Nina car on s'y sent vraiment comme chez soi, et je profite de la matinée pour faire le marché, en passant à travers les stands de poissons frais face au port. 

Puis je pars passer l'après-midi à la réserve naturelle de Zingaro en faisant un stop déjeuner à la pointe de San Vito Lo Capo. Je goûte à une spécialité de street food, les "panelles", qui sont des petites croquettes à la farine de pois chiche que l'on trempe dans différentes sauces. La plage de San Vito Lo Capo s'étend sur des kilomètres de sable blanc et l'eau est si claire que sa couleur est d'un bleu cristallin. Hélas la vue est vite cachée par des lignes de parasols, il n'y a pas deux centimètre de sable libre, ça grouille de monde (je n'ose pas imaginer en haute période touristique ce que ça peut donner). Je m'échappe donc bien vite de la ville pour rejoindre la réserve à quelques kilomètres de là. 

 

Si il y a un endroits que vous devez absolument voir pour vous rendre compte de la beauté des paysages de la Sicile, c'est bien la réserve de Zingaro. J'en garde un de mes plus beaux souvenirs. On se promène sur un sentier de randonnée (sans grande difficulté, juste prévoir des chaussures de marche, casquette et bouteille d'eau!) et on tombe sur des criques plus belles les unes que les autres. La végétation est bien verte, l'eau s'habille d'un camaïeu de bleu incomparable, et les plages de petits galets blancs contrastent le tout, donnant un sentiment de bien-être apaisant. Une vaste grotte apparait également au détour du sentier, et si on souhaite se rafraichir on appréciera la fraicheur qui y règne dessous. On peut largement y rester tout l'après midi, le parc fermant à 19H.

 

13 juin :

Après un au revoir émouvant à Nina, je reprends la route direction Palerme, la capitale (1h30 de route). Je me suis décidée sur le choix du prochain stop dans la matinée, ne sachant pas si je retournais directement vers l'Est de l'île ou si le passage par la capitale était tout de même obligatoire. J'ai fait le bon choix car en effet Palerme est pleine de vie, et il faut y passer pour ressentir son énergie typique des grandes villes. 

Je trouve facilement une chambre au B&B Cassidy bien situé à pied du centre, et à 10 min à pied de la cathédrale de Palerme. Je peux donc laisser la voiture après avoir facilement la voiture à proximité sur la rue principale. Je me laisse le temps d'écrire un article dédié à Palerme car c'est une ville où il y a bien des choses à dire !

 

Où manger:

- Loin des restaurants touristique, où seul les locaux viennent déguster des plats frais et de délicieuses pâtes. Le Basquiat Cafè, ( 20/22, Piazza Sant'Oliva) situé derrière le grand théâtre Massimo.

 

- Pour le petit-déjeuner, une adresse mythique où déguster "le meilleur granita" de Sicile ! A la Caffetteria del Corso (370, Via Vittorio Emanuele), c'est un vieux monsieur absolument adorable qui tient ce petit bar de quartier et qui confectionne lui-même ses granitas. Glace pillée à la pêche et à l'amande, surmonté d'une pointe de crème chantilly et accompagné d'un croissant fourré à la crème de pistache : voici le pdj classique du sicilien !

 

 

 

14 juin :

Direction Cefalù pour y faire ma pause déjeuner (1h15 de route de Palerme). Je m'attendais à tomber sous le charme de ce petit village en bord de mer et de ses petites maisons colorées que l'on voit en photo. Mais j'ai été un peu déçue car enfaite il y a beaucoup de touristes (et des touristes français) donc je ne m'y suis pas arrêtée trop longtemps.

 

Je continue la route jusqu'à Taormine (2h30 de route par Messine, une route principalement de tunnels donc prévoir pour la musique à ce qu'elle soit disponible hors connexion sur votre téléphone) où je galère à trouver une place. C'est une ville accrochée à la falaise, du coup la circulation en voiture est un peu compliquée, il faut être expert dans le redémarrage en côte (et je déteste ça!). 

Je me suis promenée dans la ville, de nouveau une impression de "trop de touristes" mais le charme de la ville vaut tout de même les qualités qu'on lui attribue. Son amphithéâtre encore très bien conservé qui surplombe la ville est majestueux, et pour ceux qui aiment, comme moi, les petites ruelles il y a de quoi se perdre. 

Je passe faire un saut au Laboratoire de pâtisseries de Roberto (9 Via Calapitrulli) réputé pour ses cannoli sicilien et autres merveilles sucrées à l'amande. Avant de reprendre la voiture et de monter sur Castelmola 

 

Petit village à 5min en voiture, au dessus de Taormina, Castelmola a le mérite d'avoir le plus beau point de vue sur la mer. C'est le clou du spectacle, et de la fin de mon voyage. Ma chambre d'hôtel a un petit balcon qui donne sur l'ensemble de la vue. J'en ai eu le souffle coupé en entrant dans la chambre ! La décoration des Villa Regina est certes tout à fait rococo mais ça se prête bien au style très kitsch que l'on retrouve dans l'ensemble du village (je ne saurais expliquer pourquoi). En effet, il y a un bar très atypique à côté de la petite place du village, le bar Turisi. C'est simple tout, mais vraiment TOUT est tourné autour du sexe masculin. Il y en a absolument partout, du menu, au mosaïques  sur le sol... C'est vraiment improbable !

 

15 Juin : 

Et voilà c'est l'heure du retour sur Catane, à midi, à seulement 50min de route jusqu'à l'aéroport. Je dépose la voiture une fois le plein d'essence fait. Aucun problème rencontré, je laisse un peu triste ma petite voiture qui aura su m'accompagner tout au long du périple.

 

 

Et maintenant, à vous ! 

Vous avez les étapes essentielles pour partir explorer le tour de l'île de la Sicile avec tous mes hébergements et petites adresses pour manger. Je serais curieuse d'avoir vos retours sur vos propres itinéraires et avis sur la Sicile. Alors n'hésitez pas à laisser un commentaire :) 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

D'autres articles intéressants

Week-end slow en Aube en Champagne

April 22, 2019

J'ai testé : le jeûne pendant 3 jours et demi.

March 10, 2019

1/15
Please reload

©SlowTravelBlog par Aurore Barron. TOUS DROITS RÉSERVÉS

RSS Feed